Librairie 47° Nord

47 degrés Nord

Librairie, maison Engelmann, Mulhouse – Vous avez toute latitude

Il pleuvait des oiseaux

Une photographe végétative part sur la trace des survivants des grands feux de 1911. Elle portraitise ces personnes, va les trouver au plus profond de la forêt, des vieux qui n’existent plus pour personne. Comment gagner leur confiance? Comment trouver Boychuck, autre vieux survivant des grands feux qui aurait été enterré il y a huit jours par Tom, ancien alcoolique et habitant de la forêt. Ce qui importait à ces vieux c’est d’être libres autant dans la vie que dans la mort.

Bruno, jeune de 40 ans qui veut en paraître 20 fournit aux vieux toute sorte de choses utiles.

Gertrude, la tante de Bruno, est devenue Marie Desneige à 82 ans. Elle a passé 66 ans dans un asile psychiatrique. Elle supplie son frère, le père de Bruno de la sortir de là, mais la lettre reste sans réponse. A la mort du père de Bruno, sa mère tombe sur la lettre de Gertrude et va la voir dans l’asile. Elle s’attache à cette tante nouvellement découverte qui lui fait des cadeaux et finit par l’inviter chez elle où Bruno la rencontre et où ils deviennent complices. Mais arrive le moment où il faut la ramener à Toronto. Bruno se propose de la conduire et l’amène chez Steeve et les vieux.

La photographe prend une centaine de vieux en photo: c’est leurs yeux qui détiennent l’histoire de leur vie ; si le regard est aveugle la photo l’est aussi .

Elle rencontre une vieille dame survivante des grands feux, le ciel était noir comme la nuit disait-elle les oiseaux tombaient comme des mouches, IL PLEUVAIT DES OISEAUX.

Beau livre. On y trouve un beau passage sur l’amour qu’éprouvent de vieilles personnes.

Il pleuvait des oiseaux, Jocelyne Saucier, Denoël

Frédéric Versolato