Librairie 47° Nord

47 degrés Nord

Librairie, maison Engelmann, Mulhouse – Vous avez toute latitude

Déclinaison musicale avec Paul Philippe Meyer

Jeudi 26 juin à 20 heures

Déclinaison musicale avec Paul-Philippe Meyer

 

Paul-Philippe Meyer propose d’entrer dans l’univers de « Contrepoint » d’Anna Enquist et de « Fugue » d’Anne Delaflotte Mehdevi (tous deux dans la collection Babel) sur une musique de Bach.

 

Paul-Philippe Meyer est enseignant à l’UHA, agrégé en musique, titulaire d’un DEA, vacataire à l’Université de Strasbourg, au département Musique. Il est également membre du CRESAT (Centre de Recherche sur les Economies, les Sociétés, les Arts et les Techniques), directeur du Choeur et de l’Orchestre de l’UHA, ensembles qu’il a créés, directeur du SUAC (Service Universitaire de l’Action Culturelle), conférencier des Conversations d’Avant-Concert de l’OSM et responsable de l’atelier Musique du CCPM (Conseil Consultatif du Patrimoine Mulhousien). Il a réalisé dans ce cadre un CD « Musiques et musiciens à Mulhouse » avec des premiers enregistrements de compositeurs mulhousiens.

 

« Contrepoint » d’Anna Enquist : Au piano, une femme travaille, étudie, décrypte les Variations Goldberg, tente de comparer les différentes éditions de la partition, de s’approcher au plus près de la composition de l’oeuvre de Bach, de comprendre ce qui le porte au sublime. Ainsi éclairé par la musique et en écho aux variations se déploie peu à peu en elle un paysage auquel elle n’avait plus accès : les moments de joie, le quotidien, les simples détails comme les plus beaux souvenirs d’un passé partagé avec sa fille, aujourd’hui disparue.

 

« Fugue » d’Anne Delaflotte Mehdevi : Une petite fille s’enfuit de l’école le jour de la rentrée. Elle est bientôt retrouvée saine et sauve mais sa mère, Clothilde, a hurlé son nom … à en perdre la voix. Femme au foyer se consacrant à l’éducation de ses quatre enfants, aimée par un mari souvent absent, Clothilde semblait jusqu’ici jouir d’une vie enviable. Pourtant l’incident a bouleversé tout ce confort établi. Elle consulte et apprend que des inhections lui rendraient la parole, mais la priveraient de la voix de chanteuse lyrique qu’elle s’est découverte au cours de sa thérapie. Ses proches la pressent d’accepter le traitement même s’il exige de sacrifier son don. Deux voies s’offrent alors à elle …