Librairie 47° Nord

47 degrés Nord

Librairie, maison Engelmann, Mulhouse – Vous avez toute latitude

La Chute dans le néant

Un homme doué de capacités étranges, tout d’abord affolé des facultés dont il est capable, apprendra à les maîtriser petit à petit. Engagé comme magicien, il rencontre un succès énorme et l’amour. Mais pour exercer son art, il « produit » une matière quasi invisible qui déplace les objets. Cette matière, minuscule au départ, va devenir plus qu’envahissante, voire ingouvernable, jusqu’à provoquer des catastrophes. Envoûtant !

La Chute dans le néant, Marc Versinger, L’arbre vengeur

000820155

Frédéric Versolato


Je voulais leur dire mon amour

Cinquante ans après avoir quitté son Algérie natale, Jean-Noël Pancrazi accepte d’y retourner pour aller au festival de cinéma d’Annaba à deux cents kilomètres de Batna, ce qui lui permettrait de revoir son quartier, sa maison, le Régent avec ses films « première exclusivité », même avant Alger.

« Au consulat d’Algérie où j’allais chercher mon visa j’avais […] l’impression d’être un touriste décalé, un peu en faute, à qui on donnait une dernière chance de revoir ce qu’il avait aimé, qui n’osait pas avouer qu’il connaissait déjà ce pays dans lequel il demandait d’entrer. »

Avec de longues phrases touchantes et poétiques, l’auteur nous raconte ses retrouvailles avec son pays natal jusqu’au moment où il doit le quitter à nouveau. Un livre d’une beauté poignante plein de nostalgie.

Je voulais leur dire mon amour, Jean-Noël Pancrazi, Gallimard, janvier 2018.

005255516

Marie Nawrot


Ne préfère pas le sang à l’eau

Un groupe de migrants assoiffés arrive en ville. Parmi eux Carole, une fillette, qui prend la parole. Mais un drame survient, décrit avec des mots forts qui claquent comme des gifles. Parallèlement, « T. » est un prisonnier, enfermé pour avoir écrit. Il raconte son enfance, la raison de sa présence en prison et son terrible quotidien. L’auteur souligne l’importance de la liberté d’expression. Une écriture bouleversante, un texte d’une force impressionnante qui nous fait venir les larmes aux yeux et remue beaucoup de choses au fond de nous.

Ne préfère pas le sang à l’eau, Céline Lapertot, Viviane Hamy, janvier 2018.

005275465

Marie Nawrot


Les rêveurs

Dans ce magnifique roman, Isabelle Carré, si solaire, nous dévoile une part de son passé, de ses blessures. Sa mère, issue d’une famille bourgeoise, enceinte, va être cachée durant sa grossesse et devoir »signer ». Mais elle ne signera pas. Et rencontrera un étudiant aux beaux-arts qui lui propose de devenir le père de son enfant et qui sera le père d’Isabelle Carré. Une enfance bordélique en découle avec une mère dépressive et un père qui avouera son homosexualité et quittera sa femme pour un homme. Isabelle Carré va essayer de se construire dans cette vie si différente de celle de ses camarades, entre tentative de suicide, séjour dans un hôpital psychiatrique. Et enfin, le théâtre qui va lui permettre de s’épanouir et de combler ce mal-être et cette timidité dans sa propre vie.

Les rêveurs, Isabelle Carré, Grasset, janvier 2018.

005249757

Marie Nawrot


Les lois du ciel

Douze enfants partent en voyage scolaire dans la forêt du Morvan avec leur professeur et deux mamans pour les accompagner. A six, sept ans, il est difficile de quitter ses parents et l’on n’est pas certain que les monstres n’existent pas. Partie de la frustration d’un enfant difficile, cette virée en forêt va se terminer en véritable drame. Les bernaches nonnettes pondent leurs œufs sur des falaises abruptes. Quand ils naissent, les oisillons doivent se jeter dans le vide, avant même de savoir voler, afin de rejoindre leurs parents plusieurs dizaines de mètres plus bas. C’est la violence d’un rite initiatique naturel. Certains se fracassent mortellement contre les rochers, d’autres survivent. Tous apprennent dans la douleur les lois du ciel. Un livre où l’on va d’horreur en horreur et où l’on espère jusqu’au bout que l’auteur va en épargner un, mais non, ils vont tous mourir. Affreux ! Et pourtant ce livre nous happe…

Les lois du ciel, Grégoire Courtois, Folio, février 2018.

005342589

Marie Nawrot