Librairie 47° Nord

47 degrés Nord

Librairie, maison Engelmann, Mulhouse – Vous avez toute latitude

Ne préfère pas le sang à l’eau

Un groupe de migrants assoiffés arrive en ville. Parmi eux Carole, une fillette, qui prend la parole. Mais un drame survient, décrit avec des mots forts qui claquent comme des gifles. Parallèlement, « T. » est un prisonnier, enfermé pour avoir écrit. Il raconte son enfance, la raison de sa présence en prison et son terrible quotidien. L’auteur souligne l’importance de la liberté d’expression. Une écriture bouleversante, un texte d’une force impressionnante qui nous fait venir les larmes aux yeux et remue beaucoup de choses au fond de nous.

Ne préfère pas le sang à l’eau, Céline Lapertot, Viviane Hamy, janvier 2018.

005275465

Marie Nawrot


Les rêveurs

Dans ce magnifique roman, Isabelle Carré, si solaire, nous dévoile une part de son passé, de ses blessures. Sa mère, issue d’une famille bourgeoise, enceinte, va être cachée durant sa grossesse et devoir »signer ». Mais elle ne signera pas. Et rencontrera un étudiant aux beaux-arts qui lui propose de devenir le père de son enfant et qui sera le père d’Isabelle Carré. Une enfance bordélique en découle avec une mère dépressive et un père qui avouera son homosexualité et quittera sa femme pour un homme. Isabelle Carré va essayer de se construire dans cette vie si différente de celle de ses camarades, entre tentative de suicide, séjour dans un hôpital psychiatrique. Et enfin, le théâtre qui va lui permettre de s’épanouir et de combler ce mal-être et cette timidité dans sa propre vie.

Les rêveurs, Isabelle Carré, Grasset, janvier 2018.

005249757

Marie Nawrot


Les lois du ciel

Douze enfants partent en voyage scolaire dans la forêt du Morvan avec leur professeur et deux mamans pour les accompagner. A six, sept ans, il est difficile de quitter ses parents et l’on n’est pas certain que les monstres n’existent pas. Partie de la frustration d’un enfant difficile, cette virée en forêt va se terminer en véritable drame. Les bernaches nonnettes pondent leurs œufs sur des falaises abruptes. Quand ils naissent, les oisillons doivent se jeter dans le vide, avant même de savoir voler, afin de rejoindre leurs parents plusieurs dizaines de mètres plus bas. C’est la violence d’un rite initiatique naturel. Certains se fracassent mortellement contre les rochers, d’autres survivent. Tous apprennent dans la douleur les lois du ciel. Un livre où l’on va d’horreur en horreur et où l’on espère jusqu’au bout que l’auteur va en épargner un, mais non, ils vont tous mourir. Affreux ! Et pourtant ce livre nous happe…

Les lois du ciel, Grégoire Courtois, Folio, février 2018.

005342589

Marie Nawrot

 


Le poids de la neige

Un jeune homme retourne dans son village natal pour y retrouver son père. Victime d’un accident, il est confié à Matthias, citadin qui s’est retrouvé bloqué dans ce village, isolé du reste du monde par une coupure d’électricité. Les deux hommes se retrouvent en tête à tête dans une maison à l’écart du village, entourée de neige dans un hiver glacial. Les habitants doivent s’organiser pour survivre et les deux hommes ne reçoivent que de rares visites. Matthias n’a qu’une espérance : faire partie du prochain convoi pour la ville afin de retrouver sa femme. Le jeune homme a appris que son père était décédé. Et lui-même va devoir se remettre doucement de son accident. Un climat tendu qui s’assombrit au fur et à mesure que l’hiver avance. Christian Guay-Poliquin allie la beauté dangereuse de la nature et la place de l’homme en danger de mort, avec les relations humaines qui peuvent être soudées et très vite devenir méfiance et tension. Un livre addictif et qui nous fait nous remettre en question.

Le poids de la neige, Christian Guay-Poliquin, Éditions de l’Observatoire, janvier 2018.

005286288

Marie Nawrot


Les Rêveuses

Faux semblants, rebondissements, le tout agrémenté d’un style qui exprime de façon précise la réalité, jusqu’à entendre le bruissement des pas sur la neige, à sentir la sueur qui perle sur les fronts…
Ce roman nous emporte, nous secoue, nous émerveille.

Les Rêveuses, Frederic Verger, Gallimard

005035419

Frédéric Versolato